Haul livres novembre 2020 part 1

Hey

Aujourd’hui je vais te parler des livres que j’ai acheté/reçu pendant la première partie du mois de novembre. Comme le mois de novembre est mon mois d’anniversaire j’ai voulu me faire plaisir et j’ai commandé pas mal de bouquins !

The devotion of suspect X / Le dévouement du suspect X
Keigo Higashino

« Professeur de mathématiques, Ishigami est amoureux de sa voisine, une mère divorcée. Mais son ex-mari a retrouvé sa trace, il la harcèle, et elle en vient à le tuer pour protéger sa fille. Ishigami, qui a tout entendu, voit là l’occasion de se rapprocher d’elle et lui propose son aide pour maquiller le crime. Un corps est retrouvé au bord du fleuve. L’inspecteur Kusanagi, chargé de l’enquête, établit rapidement un lien avec la voisine d’Ishigami. Kusanagi consulte souvent son ami Yukawa, un brillant physicien aux impressionnantes facultés de déduction logique. Or Yukawa a côtoyé Ishigami à l’université. Il se souvient de sa remarquable intelligence, de ses intuitions fulgurantes, de sa personnalité énigmatique. Et aussi de la fameuse aporie mathématique qui les captivait tous deux : est-il plus difficile de chercher la solution d’un problème que de la vérifier ? Guidé par un sinistre pressentiment, le physicien engage avec le mathématicien une joute fascinante pour la vérité. »

The complete stories
Franz Kafka

« The Complete Stories brings together all of Kafka’s stories, from the classic tales such as “The Metamorphosis,” “In the Penal Colony,” and “A Hunger Artist” to shorter pieces and fragments that Max Brod, Kafka’s literary executor, released after Kafka’s death. With the exception of his three novels, the whole of Kafka’s narrative work is included in this volume. »

The book of two ways
Jodi Picoult

C’est la version Waterstones signée par l’auteure.

« Who would you be, if you hadn’t turned out to be the person you are now?

Dawn is a death doula, and spends her life helping people make the final transition peacefully.

But when the plane she’s on plummets, she finds herself thinking not of the perfect life she has, but the life she was forced to abandon fifteen years ago – when she left behind a career in Egyptology, and a man she loved.

Against the odds, she survives, and the airline offers her a ticket to wherever she needs to get to – but the answer to that question suddenly seems uncertain.

As the path of her life forks in two very different directions, Dawn must confront questions she’s never truly asked: what does a well-lived life look like? What do we leave behind when we go? And do we make our choices, or do our choices make us?

Two possible futures. One impossible choice.« 

Norwegian wood / La ballade de l’impossible
Haruki Murakami

« Dans un avion, une chanson ramène Watanabe à ses souvenirs. Son amour de lycée pour Naoko, hantée comme lui par le suicide de leur ami Kizuki. Puis sa rencontre avec une jeune fille, Midori, qui combat ses démons en affrontant la vie. Hommage aux amours enfuies, le premier roman culte d’Haruki Murakami fait resurgir la violence et la poésie de l’adolescence. »

Elatsoe
Darcie Little Badger

« Imagine an America very similar to our own. It’s got homework, best friends, and pistachio ice cream.

There are some differences. This America been shaped dramatically by the magic, monsters, knowledge, and legends of its peoples, those Indigenous and those not. Some of these forces are charmingly everyday, like the ability to make an orb of light appear or travel across the world through rings of fungi. But other forces are less charming and should never see the light of day.

Elatsoe lives in this slightly stranger America. She can raise the ghosts of dead animals, a skill passed down through generations of her Lipan Apache family. Her beloved cousin has just been murdered, in a town that wants no prying eyes. But she is going to do more than pry. The picture-perfect facade of Willowbee masks gruesome secrets, and she will rely on her wits, skills, and friends to tear off the mask and protect her family. »

House of leaves / La maison des feuilles
Mark Z Danielewski

« À Los Angeles, chez un vieil aveugle qui vient de mourir, Johnny découvre un étrange manuscrit. Le texte se présente comme un essai sur un film, The Navidson Record : un  » home movie  » amateur dans lequel Will Navidson a filmé l’installation de sa famille dans leur nouvelle maison en Virginie. Une maison dans laquelle il découvre une pièce qui jusqu’alors n’existait pas. Une maison plus grande à l’intérieur qu’à l’extérieur. Que cache la maison ? Quel est ce grondement qu’elle émet de temps à autre ? Will Navidson, contre toute prudence, décide d’en explorer les entrailles… »

Dance dance dance / Danse, danse, danse
Haruki Murakami

« Persuadé qu’une ancienne rencontre l’y appelle en rêve, le narrateur, un publicitaire branché filles, bouffe et scotch, retourne séjourner dans un hôtel. Sur place, il constate que le modeste établissement s’est transformé en un palace d’une vingtaine d’étages. Ce qu’il va découvrir défie les règles de l’imagination. Une chose est sûre : sa vie a changé – et c’est le plus important. L’un des chefs-d’oeuvre d’Haruki Murakami dans une édition de luxe. Le cadeau idéal pour les amateurs du grand auteur japonais. »

I’ll be right there
Kyung-Sook Shin

« Set in 1980s South Korea amid the tremors of political revolution, I’ll Be Right There follows Jung Yoon, a highly literate, twenty-something woman, as she recounts her tragic personal history as well as those of her three intimate college friends. When Yoon receives a distressing phone call from her ex-boyfriend after eight years of separation, memories of a tumultuous youth begin to resurface, forcing her to re-live the most intense period of her life. With profound intellectual and emotional insight, she revisits the death of her beloved mother, the strong bond with her now-dying former college professor, the excitement of her first love, and the friendships forged out of a shared sense of isolation and grief.
 
Yoon’s formative experiences, which highlight both the fragility and force of personal connection in an era of absolute uncertainty, become immediately palpable. Shin makes the foreign and esoteric utterly familiar: her use of European literature as an interpreter of emotion and experience bridges any gaps between East and West. Love, friendship, and solitude are the same everywhere, as this book makes poignantly clear. »

Kindrer / Liens de sang
Octavia E Butler

« Dana est noire, Kévin est blanc. Mariés depuis peu, ils emménagent dans une nouvelle maison en Californie. Le jour de ses vingt-six ans, la jeune femme, prise d’un malaise, perd connaissance. Elle disparaît du salon, puis réapparaît quelques instants plus tard, couverte de boue.
Sans contrôler ni ses départs ni ses retours, Dana est propulsée au temps de l’esclavage et partage la vie de ses ancêtres dans une plantation du Sud.

Hallucination ? Cauchemar ? Le couple survivra-t-il à ces épreuves ? »

Skyhunter
Marie Lu

J’ai acheté l’édition classique et elle est juste magnifique !

« Talin is a Striker, a member of an elite fighting force that stands as the last defense for the only free nation in the world: Mara.

A refugee, Talin knows firsthand the horrors of the Federation, a world-dominating war machine responsible for destroying nation after nation with its terrifying army of mutant beasts known only as Ghosts.

But when a mysterious prisoner is brought from the front to Mara’s capital, Talin senses there’s more to him than meets the eye. Is he a spy from the Federation? What secrets is he hiding?

Only one thing is clear: Talin is ready to fight to the death alongside her fellow Strikers for the only homeland she has left . . . with or without the boy who might just be the weapon to save–or destroy–them all.

Loyalty is life.« 

Men without women / Des hommes sans femmes
Haruki Murakami

« Neuf ans après Saules aveugles, femme endormie, le retour d’Haruki Murakami à la forme courte. Dans ce recueil comme un clin d’œil à Hemingway, des hommes cherchent des femmes qui les abandonnent ou qui sont sur le point de le faire. Musique, solitude, rêve et mélancolie, le maître au sommet de son art.

 » À ce que je sais, votre épouse était vraiment une femme merveilleuse […] vous devez vous sentir reconnaissant d’avoir vécu presque vingt ans auprès d’une femme comme elle. Je le crois profondément. Néanmoins, vous aurez beau penser que vous avez compris quelqu’un, que vous l’avez aimé, il n’en reste pas moins impossible de voir au plus profond de son cœur. Vous aurez pu vous y efforcer, mais vous n’aurez réussi qu’à vous faire du mal. Vous ne pouvez voir qu’au fond de votre propre cœur, et encore, seulement si vous le voulez vraiment, et si vous faites l’effort d’y parvenir. En fin de compte, notre seule prérogative est d’arriver à nous mettre d’accord avec nous-même, honnêtement, intelligemment. Si nous voulons vraiment voir l’autre, nous n’avons d’autre moyen que de plonger en nous-même. Telle est ma conviction. « « 

The death of Vivek Oji
Akwaeke Emezi

« They burned down the market on the day Vivek Oji died.

One afternoon, a mother opens her front door to find the length of her son’s body stretched out on the veranda, swaddled in akwete material, his head on her welcome mat. The Death of Vivek Oji transports us to the day of Vivek’s birth, the day his grandmother Ahunna died. It is the story of an over protective mother and a distant father, and the heart-wrenching tale of one family’s struggle to understand their child, just as Vivek learns to recognize himself.

Teeming with unforgettable characters whose lives have been shaped by Vivek’s gentle and enigmatic spirit, it shares with us a Nigerian childhood that challenges expectations. This novel, and its celebration of the innocence and optimism of youth will touch all those who embrace it. »

Rina
Kang Youn-Sook

« Rina is a defector from a country that might be North Korea, traversing an « empty and futile » landscape. Along the way, she is forced to work at a chemical plant, murders a few people, becomes a prostitute, runs a lucrative bar, and finds a solace in a motley family of wanderers all as disenfranchised as she. Brutal and unflinching, with elements of the mythic and grotesque interspersed with hard-edged realism, Rina is a pioneering work of Korean postmodernism. »

Fangs
Sarah Andersen

« Elsie the vampire is three hundred years old, but in all that time, she has never met her match. This all changes one night in a bar when she meets Jimmy, a charming werewolf with a wry sense of humor and a fondness for running wild during the full moon. Together they enjoy horror films and scary novels, shady strolls, fine dining (though never with garlic), and a genuine fondness for each other’s unusual habits, macabre lifestyles, and monstrous appetites.

First featured as a webcomic series on Tapas, Fangs chronicles the humor, sweetness, and awkwardness of meeting someone perfectly suited to you but also vastly different. This deluxe hardcover edition of Fangs features an « engraved » red cloth cover, dyed black page trim, and 25 exclusive comics not previously seen online. Filled with Sarah Andersen’s beautiful gothic illustrations and relatable relationship humor, Fangs has all the makings of a cult classic. »

The court dancer / Li Chin
Kyung-Sook Shin

« Au commencement étaient quatre pages de mémoires contant le destin singulier de Li Chin danseuse attachée à la maison royale de Corée à la fin du dix-neuvième siècle. A cette époque-là le royaume ermite s’ouvre au monde, et c’est ainsi que le premier diplomate français en poste en Corée tombe sous le charme de cette femme d’une beauté et d’une intelligence exceptionnelles, et l’emmène avec lui à Paris, où elle rencontre Emile Guimet et Guy de Maupassant. De cette histoire d’amour passionnée qui scelle la rencontre de deux mondes inconnus l’un à l’autre, émerge avec un éclat extraordinaire la figure de Li Chin, dont la grâce, la sensualité et l’esprit pénétrant subjuguent ceux qui la croisent, mais qui jamais ne se livre totalement en retour. Entrée à la cour à cinq ans, entraînée dans les tourbillons et les drames de l’histoire de la Corée. ce n’est que dans la danse que cette femme secrète et captive des désirs des autres peut s’abandonner enfin, livrer ses sentiments, déployer ses ailes et se sentir librement elle-même. »

I hear your voice / J’entends ta voix
Young-Ha Kim

« Enfant abandonné des hommes, Jeï découvre très tôt qu’il possède le don de capter, de sentir la souffrance des autres, objets, animaux ou humains. A quinze ans, vagabond dans les rues de Séoul, il s’invente un mode de vie proche de l’ascèse, se nourrissant de riz cru, lisant des livres trouvés parmi les ordures, et devient le leader d’une bande de motards. Ces motards organisent des courses illégales en plein Séoul, bravant la mort et la police, jusqu’à cette course ultime, la plus grandiose, la plus folle jamais menée, où Jeï entre dans la légende.
C’est le portrait fascinant d’un homme sans attaches, à la dimension christique. Il est le révélateur incandescent d’une société, la Corée, qui est aussi la nôtre, déchirée par ses tensions internes. »

Voilà pour ce premier haul de novembre 🙂

1 commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s