Haul livres avril 2019

Hey

Aujourd’hui je vais te parler des livres que j’ai acheté/reçus pendant le mois d’avril. Comme je voudrais faire baisser ma PAL j’essaye de me limiter sur le nombre de livres que j’achète.

Verity
Colleen Hoover

20190330_143251

« Lowen Ashleigh is a struggling writer on the brink of financial ruin. When Jeremy Crawford, husband of bestselling author Verity Crawford, asks Lowen to complete the remaining books in a contract his permanently injured wife is unable to fulfill, Lowen has no choice but to accept.
Lowen arrives at the Crawford home with the intention of only staying one or two nights—long enough to sort through Verity’s chaotic home office to collect all the notes and outlines she’ll need to start writing the first novel. But the more time Lowen spends with Jeremy Crawford, the less of a hurry she is in to leave.
While there, Lowen uncovers a hidden manuscript. An autobiography containing chilling admissions Verity planned to take to her grave, including the truth behind the events that turned their lives upside down. A truth that, if revealed to Jeremy, would further devastate the already grieving father.
Lowen decides to keep the manuscript a secret, allowing Jeremy to continue to believe Verity is merely an innocent, unfortunate victim of circumstance. But as Lowen’s feelings for the devoted father and husband deepen, she wonders if keeping Jeremy in the dark is in her own best interest.
After all, if Jeremy were to read his wife’s autobiography, the disturbing truth would make it impossible for him to continue to love her. »

 

 

 

« Lowen Ashleigh est une auteure en difficulté qui est au bord de la ruine. Quand Jeremy Crawford, mari de l’auteure à succès Verity Crawford, demande à Lowen de compléter les livres restant dans un contrat que sa femme, blessée de manière permanente, ne peut réaliser, Lowen n’a pas d’autre choix que d’accepter.
Lowen arrive chez les Crawford avec pour intention de ne rester qu’une ou deux nuits, juste assez de temps pour trier le bureau de Verity et récupérer toutes les notes et les grandes lignes des livres dont elle aura besoin pour commencer à écrire le premier roman. Mais plus Lowen passe de temps avec Jeremy Crawford, le moins elle est pressée de partir.
En étant là bas Verity découvre un manuscript caché. Une autobiographie contenant des aveux glaçants que Verity voulait emporter dans sa tombe, incluant la vérité sur les évenements qui ont retourné leurs vies. Une vérité qui, si révélée à Jeremy, dévasterait encore plus ce père en deuil.
Lowen décide de garder le manuscript un secret, permettant à Jeremy de continuer à croire que Verity n’est qu’une innocente et malchanceuse victime de circonstances. Mais alors que les sentimens de Lowen enver le père et mari dévoué s’approfondissent, elle se demande si laisser Jeremy dans le noir est dans son meilleur intérêt.
Après tout si Jeremy était à lire l’autobiographie de sa femme, la perturbante vérité lui rendrait impossible de continuer à l’aimer »

 

 

 

Soulkeeper
David Dalglish

20190401_112452.jpg

« Devin Eveson is a Soulkeeper, traveling through remote villages as a preacher and healer. But when a dragon awakens–the size of a mountain and leaving great chasms in its wake–the veil is torn, flooding the land with ancient magic and forgotten races. Now Devin must set aside his words of peace and accept his new role: slayer of monsters and protector of the human race.

But not all the creatures that have re-awakened mean humanity harm. And as Devin slowly befriends people of these new races, his discomfort in his role grows. But Soulkeepers must slay without mercy. And even sympathizers risk their wrath. »

 

 

« Devin Eveson est un Gardien d’Ame, voyageant à travers des villages isolés en tant que pasteur et guérisseur. Mais quand un dragon de la taille d’une montagne se réveille, laissant un énorme gouffre dans son passage, le voil est déchiré, innondant la terre de magie ancienne et de races oubliées. Maintenant Devin doit mettre de côté ses paroles de paix et accepter son nouveau rôle: tueur de monstres et protécteur de la race humaine.

Mais toutes les créatures qui se sont re-réveillées veulent du mal à l’humanité. Et tandis que Devin devient doucement ami avec des personnes de ces nouvelles races, son inconfort face à son rôle s’agrandit. Mais les Gardiens d’Ame doivent tuer sans pitié. Et même les sympathisants risquent leur rage. »

 

 

 

 

Danish girl
David Ebershoff

20190402_132418

« À Copenhague en 1925 Einar Wegener et Greta Wauld, son épouse, forment un couple original. Lui est petit, discret, peintre, délicat et reconnu. Elle, peintre également mais de moindre talent, est une grande américaine, blonde fortunée que l’on remarque. Tous deux mènent une vie confortable jusqu’au jour où Greta, en manque de modèle féminin demande à Einar de bien vouloir enfiler une paire de bas et d’escarpins pour qu’elle finisse son tableau. De cette demande innocente va naître le double d’Einar, Lili, qui petit à petit prendra le dessus sur celui qui l’a engendrée. David Ebershoff retrace ici l’histoire vraie d’un homme qui s’éveilla à la femme en lui et qui fut le premier à subir une opération pour changer de sexe. »

J’avais vu et beaucoup aimé le film quand il était sorti au cinéma et j’ai quand vu qu’il repassait à la télé ça m’a donné envie de redécouvrir l’histoire et comme c’est à la base un livre je me suis dit que j’allais le lire et peut-être revoir le film après.

 

 

 

 

 

Rebecca
Daphne du Maurier

20190402_132401

« Un manoir majestueux : Manderley. Un an après sa mort, le charme noir de l’ancienne propriétaire, Rebecca de Winter, hante encore le domaine et ses habitants. La nouvelle épouse, jeune et timide, de Maxim de Winter pourra-t-elle échapper à cette ombre, à son souvenir ? »

Je n’arrête pas d’entendre parler de ce livre et ça m’a donné envie de découvrir pourquoi ce livre est aussi populaire.

 

 

 

 

 

Les oiseaux et autres nouvelles
Daphne du Maurier

20190402_132409

 » Au coeur de la nuit, le vent d’est cingle la falaise. Entre deux rafales, des nuées d’oiseaux cognent aux vitres. Mais ce n’est pas la peur qui les précipite avec une telle force vers le monde des hommes…
On retrouvera ici – et pas moins terrifiant – le récit qui inspira son chef-d’oeuvre au maître de l’angoisse, Alfred Hitchcock. Dans les autres nouvelles de ce recueil, l’horreur se fait plus insidieuse, le fantastique à peine étranger au réel. Il suffit d’un pommier à forme étrangement humaine, ou d’une ouvreuse de cinéma qu’un jeune mécanicien a envie de suivre après la séance… Et la grande romancière anglaise, auteur de Rebecca et L’Auberge de la Jamaïque, nous entraîne vers le mystère à petits pas, à petites touches, au gré d’une écriture subtile, singulièrement moderne. »

Tant qu’à prendre du Daphne du Maurier autant aussi prendre la nouvelle qui a inspiré le célèbre film d’Hitchcock.

 

 

 

 

The witch’s kind
Louisa Morgan

20190402_132441

« Barrie Anne Blythe and her Aunt Charlotte have always known that the other residents of their small coastal community find them peculiar – two women living alone on the outskirts of town. It is the price of concealing their strange and dangerous family secret.

But two events threaten to upend their lives for ever. The first is the arrival of a mysterious abandoned baby with a hint of power like their own. The second is the sudden reappearance of Barrie Anne’s long-lost husband – who is not quite the man she thought she married.

Together, Barrie Anne and Charlotte must decide how far they are willing to go to protect themselves – and the child they think of as their own – from suspicious neighbours, the government and even their own family . . . »

 

 

« Barrie Anne Blythe et sa tante Charlotte ont toujours su que les autres résidents de leur petite ville cotière les trouvaient particulières, deux femmes vivant seules en périphérie de la ville. C’est le prix pour dissimuler leur étrange et dangereux secret de famille.

Mais deux évènements menacent de modifer leurs vies pour toujours. Le premier est l’arrivée d’un mystérieux bébé abandonné avec une pointe de pouvoir comme les leurs. Le second est la réappartition soudaine du mari de Barrie anne, perdu depuis longtemps, qui n’est pas vraiment l’homme qu’elle croyait avoir épousé.

Ensemble, Barrie Anne et Charlotte doivent décider jusqu’où elles sont prêtes à aller pour se protéger elles, et l’enfant qu’elles pensent comme le leurs, des voisins suspicieux, du gouvernement et même de leur propre famille… »

 

 

 

 

 

We rule the night
Claire Eliza Bartlett

20190402_132427

« Seventeen-year-old Revna is a factory worker, manufacturing war machines for the Union of the North. When she’s caught using illegal magic, she fears being branded a traitor and imprisoned.

Meanwhile, on the front lines, Linné defied her father, a Union general, and disguised herself as a boy to join the army.

They’re both offered a reprieve from punishment if they use their magic in a special women’s military flight unit and undertake terrifying, deadly missions under cover of darkness.

Revna and Linné can hardly stand to be in the same cockpit, but if they can’t fly together, and if they can’t find a way to fly well, the enemy’s superior firepower will destroy them–if they don’t destroy each other first. »

 

 

« Revna, dix-sept ans, travaille à l’usine, confectionnant des machines de guerre pour l’Union du Nord. Quand elle est prise entrain d’utiliser de la magie illégale, elle craint d’être marquée comme traitre et emprisonnée.

Au même moment, sur le front, Linné a défié son père, un général de l’Union, et s’est déguisée en garçon pour rejoindre l’armée.

Elles se voient toutes les deux grâciées de toute punition si elles usent leur magie dans une escadron militaire féminine spéciale et entreprennent dans l’ombre des missions terrifiantes et mortelles.

Revna et Linné peuvent à peine supporter d’être dans le même cockpit, mais si elles ne peuvent pas voler ensemble et qu’elles ne peuvent pas trouver un moyen de bien voler, l’artillerie supérieure de l’ennemi les détruira, si elles ne se détruisent pas entre elles avant. »

 

 

 

 

We are blood and thunder
Kesia Lupo

20190404_140645

« In a city where magic is feared and the dead are worshipped, life is overshadowed by a powerful and devastating storm cloud.

One young woman is running for her life. Another is trying to return home. Both are looking for a place where they belong.

But what Lena and Constance don’t realise is that the storm cloud binds them. Without it, neither can get what she desires. »

« Dans une ville où la magie est crainte et les morts sont vénérés, la live est éclipsée par un nuage puissant et dévastateur.

Une jeune femme fuit pour sa vie.   Un autre essaye de retourner chez elle. Les deux cherchent leur place.

Mais ce que Lena et Constance ne réalisent pas c’est ce que le nuage de la tempête les lie. Sans cela, aucune ne peut avoir ce qu’elle désire. »

 

 

 

 

Seven blades in black
Sam Sykes

20190403_123520

« Her magic was stolen. She was left for dead.
Betrayed by those she trusts most and her magic ripped from her, all Sal the Cacophony has left is her name, her story, and the weapon she used to carve both. But she has a will stronger than magic, and knows exactly where to go.
The Scar, a land torn between powerful empires, where rogue mages go to disappear, disgraced soldiers go to die and Sal went with a blade, a gun, and a list of seven names.
Revenge will be its own reward. »

 

 

« Sa magie a été volée. Elle a été laissée pour morte.
Trahie par ceux en qui elle avait le plus confiance et sa magie arrachée, tout ce qu’il reste à Sal la Cacophony c’est son nom, son histoire et l’arme qu’elle a utilisé pour bâtir les deux. Mais elle a une volonté plus forte que la magie et elle sait exactement où aller.
La Cicatrice/Scar, une terre déchirée entre des empires puissants, où des mages véreux vont pour disparaître, des soldats disgraciés vont pour mourir et Sal y est allée avec une lame, un flingue et une liste de sept noms.
La revanche sera sa sa récompense. »

 

 

 

 

L’homme craie
C J Tudor

20190403_212304.jpg

« Les enfants ne sont pas toujours innocents.. Le problème, c’est que nous n’étions pas d’accord sur la manière dont ça avait commencé. Etait-ce lorsqu’on s’était mis à dessiner les bonhommes à la craie, ou lorsqu’ils sont apparus tout seuls ? Etait-ce à partir du terrible accident ? Ou quand ils ont découvert le premier corps ? »

 

 

 

 

 

Services presse via Netgalley

 

Le jour de ma mort
Jackques Expert

41l5y8Es55L._SX316_BO1,204,203,200_

« Charlotte est une jolie jeune femme sans histoire. Elle a un travail qui lui plaît, un petit ami avec qui elle s’apprête à se marier, un chat. Elle se dit heureuse. Cependant, cette nuit d’un dimanche d’octobre, elle se réveille en sueur, tremblante de peur, à l’affut du moindre bruit. Elle est seule chez elle, il est minuit passé. On est le 28 octobre. Le jour de sa mort.
Trois ans plus tôt à Marrakech, Charlotte et trois copines sont allées consulter un voyant. Toutes les prédictions faites à ses amies se sont avérées exactes. Qu’en sera-t-il de Charlotte à qui il avait annoncé une mort violente le 28 octobre.
Commence alors un suspense de tous les instants.
La jeune femme est-elle victime d’une paranoïa alimentée par l’effrayant souvenir ou est-elle réellement en danger alors que rôde dans la ville un tueur psychopathe ? »

 

 

 

 

Ponti
Sharlene Teo

51kiVTZoL7L._SX339_BO1,204,203,200_.jpg

« Szu est une ado timide et mal dans sa peau. Elle vit recluse à Singapour avec sa mère, une ancienne star de films d’horreur devenus cultes, et sa tante. Quand elle rencontre Circé, à l’aise partout, jolie, brillante, c’est le coup de foudre et l’espoir pour elle d’échapper à l’étouffant huis clos familial. C’est aussi le début d’une amitié fusionnelle. Une vingtaine d’année plus tard, en pleine crise existentielle et sur le point de divorcer, Circé est confrontée, au hasard d’un projet professionnel, à cette passion adolescente oubliée, et les souvenirs reviennent, bouleversants. Alternant les points de vue et les époques, Ponti est un roman drôle, émouvant, original, qui nous plonge dans l’ambiance du Singapour contemporain. »

Publicités

2 commentaires

  1. Je découvre que les films (que j’ai adorés) « Danish Girl » et « Les oiseaux » sont en fait adaptés de livres ! Wouah ! Il va falloir que je découvre ça ! 😀 Merci pour l’info en tout cas !

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s