La servante écarlate – Margaret Atwood

Hey

Aujourd’hui je vais te parler du livre La servante écarlate de Margaret Atwood.

« Devant la chute drastique de la fécondité, la république de Gilead, récemment fondée par des fanatiques religieux, a réduit au rang d’esclaves sexuelles les quelques femmes encore fertiles. Vêtue de rouge, Defred,  » servante écarlate  » parmi d’autres, à qui l’on a ôté jusqu’à son nom, met donc son corps au service de son Commandant et de son épouse. Le soir, en regagnant sa chambre à l’austérité monacale, elle songe au temps où les femmes avaient le droit de lire, de travailler… En rejoignant un réseau secret, elle va tout tenter pour recouvrer sa liberté. « 

20190121_102847

Ce livre est glaçant. Le fait de voir une société qui ne traite la femme que comme objet de reproduction et de la soumettre à des règles comme on voit dans ce livre est juste révoltant. Priver complètement de liberté une personne à ce point là semble irréel mais aussi possible, surtout quand on voit la place de la femme dans le passé et quand on voit certaines actions qui existent encore de nos jours.

Ce livre est quand même très basé sur la religion dans le sens où la religion joue un très grand rôle (cérémonie religieuse avant l’accouplement une fois par mois..) et je pense que l’auteure ici pointe un des problèmes majeur des religions qui est la place de la femme et la façon dont la femme est vue comme inférieure, voire qu’elle n’a été « crée » que pour se reproduire… Ce livre émet une réelle critique du fanatisme religieux et de ses conséquences sur la population.

Maintenant ce qui me gêne vraiment dans ce livre c’est que c’est complètement irréaliste. Je m’explique: le personnage principal se souvient du temps où elle vivait avec son mari et qu’elle avait sa fille, elle se souvient aussi de sa mère qui lui parlait de la condition de la femme avant, ou encore elle se rappelle du temps où elle allait en bikini à la plage et que c’était normal. Pourtant sans qu’on ai une explication sur ce qui s’est passé, limite du jour au lendemain tout change. Seulement tout change juste la république de Gilead,  mais encore une fois rien n’est expliqué, on ne sait pas comment cette république à réussi à se former. A la limite on peut se dire que ça pourrait être vraisemblable dans une dystopie.

Mais alors quand le personnage principal va au marché et voit des touristes japonais qui veulent la prendre en photo.. En gros ce que ça veut dire c’est que sans qu’on ne sache pourquoi ou comment une république faite de fanatiques religieux ont réussi à réduire la femme en esclavage alors que le reste du monde est resté complètement normal. Et j’ai du mal à croire que le reste du monde laisse faire et n’essaye même pas de détruire la république de Gilead et d’en sauver les victimes.

J’ai eu assez de mal à rentrer dans l’histoire parce que je n’arrive pas comment des femmes qui ont vécu libres se laissent faire à ce point, ni comment le reste du monde ferme les yeux sur ce qui se passe. C’est complètement irréaliste.

D’un côté je pense que l’histoire est un peu « grosse » à avaler mais de l’autre je me dis que ce serait bien que tout le monde lise ce livre pour éviter que ça n’arrive. Surtout vu le climat politique récent.
Margaret Atwood va sortir une suite nommée The testaments et qui sortira en anglais le 10 septembre 2019. Pour le coup je ne pense pas que je lirais la suite parce que le premier livre est sorti en 1985 et avoir une suite qui sort en 2019 quand la série est populaire ça me donne un peu l’impression que l’auteure a sauté sur l’opportunité et que la suite n’est pas nécessaire sinon elle aurait été écrite bien avant.

Au final j’ai donné à ce livre la note de 3/5, c’est glaçant et les thèmes abordés sont importants mais pour autant c’est irréaliste.

 

Publicités

6 commentaires

  1. Je n’ai pas trouvé cela si irréaliste que ça. C’est un peu tiré par les cheveux, tout du moins je l’espère, mais pourquoi pas ? Des femmes exploitées, c’est fréquent – bien que pas à une si grande échelle et pas de la même façon. Donc, en effet, comme tu le dis, ce serait bien que tout le monde le lise pour éviter d’en arriver là un jour.

    Aimé par 1 personne

    1. Les conditions de vie pour les femmes dans le monde est un sujet qui est essentiel et ça me révolte que de nos jours on en soit encore à un stade aussi précaire. Mais dans ce livre c’est pas le message que j’ai eu et je pense qu’au final c’est le côté dystopie qui m’a vraiment dérangée. Ce livre aurait parlé de femmes qui sont enlevées/enrôlées dans une secte je pense que ça aurait eu plus de sens et de vraisemblance pour moi

      J'aime

      1. De ce dont je me souviens, le pays est partiellement anéanti, il ne reste plus des masses d’humain.e.s, et du coup c’est une sorte de secte gigantesque. Il y a la menace d’être envoyée en camp et d’y mourir si les femmes n’obéissent pas, etc. Beaucoup y trouvent un intérêt, notamment les puissant.e.s. Mais oui, ça reste une dystopie.

        J'aime

  2. Justement je n’ai pas trouvé ça irréaliste… En fait Margaret Atwood pousse à l’extrême des situations déjà existantes à l’état larvé. Si on connait l’état du droit à l’avortement aux Etats-Unis (de plus en plus menacé à cause de l’intégrisme chrétien) on se dit que ce roman n’est pas si irréalisable que ça.
    L’utérus des femmes a toujours été un outil politique majeur et si on prend le contexte du livre, la stérilité de la majorité de la population, avoir une théocratie qui s’installe et réduit les femmes au rang de poule pondeuse pour « la survie de l’Humanité » c’est loin d’être totalement irréaliste. Encore une fois, il suffit de regarder les propos que tiennent certains hommes politiques aux Etats-Unis pour s’en rendre compte. Ou se rappeler qu’en France, jusqu’en 46, l’avortement était passible de la peine de mort pour haute trahison, car les femmes se devaient de produire plein de petits Français pour remplacer ceux tués par les Allemands.
    Pour moi c’est justement ce qui fait la force du livre. Oui Margaret Atwood va loin mais en même temps… ce n’est pas si improbable.

    Aimé par 1 personne

    1. Les questions comme le droit des femmes et le droit à l’avortement sont très pertinentes dans ce livre
      Utiliser cette dystopie pour démontrer la condition de la femme est aussi une très bonne idée
      Personnellement ce qui m’a dérangée, le côté irréaliste c’est plutôt le fait que son monde n’est pas beaucoup décrit ou expliqué et qu’on ne comprend pas complètement comment la société a pu en arriver là. J’ai aussi du mal (et peut-être que je suis trop idéaliste) à me dire que personne ne se révolterait contre ça ou en tout cas que ça ne créerait pas de mouvement pour la libération des femmes.

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s